Exposition Martin Gerboc / Youcef Korichi « La Condition humaine » (1er − 27 avril 2015)

L’Institut Français de Slovaquie a le plaisir de vous convier au vernissage de l’exposition « La Condition humaine », qui présentera des tableaux du peintre slovaque Martin Gerboc et de son collègue français Youcef Korichi.

Les deux artistes se sont rencontrés à Bratislava il y a 2 ans en participant à l'exposition collective « La Belle peinture 2 » organisée par l'IFS au Palais Pisztory.

Les deux auteurs se consacrant dans leurs œuvres à des thématiques voisines, l'idée d'une exposition commune est née progressivement.

Le résultat de cette collaboration est à découvrir durant le mois d'avril à la galerie de l'Institut Français.

Commissariat: Eva Hober

Galerie de l'Institut Français, du 1er au 27 avril 2015.
Vernissage le mercredi 1er avril 2015 à 18h
Animation musicale : Nikolaj Nikitin, saxophone • Luboš Šrámek, piano

Galerie ouverte du lundi au vendredi de 12h à 18h

En dehors de ces horaires la galerie est ouverte sur demande (tél. 02 / 59 34 77 13).

 

Depuis 2010, L'Institut Français me renouvelle sa confiance en me laissant conduire ce magnifique projet qu'est devenu au fil des éditions l'exposition « La belle peinture ». C'est en juin 2013 que nous avons fait escale à Bratislava, au Palais Pizstory. Un enchainement de salles sublimes, qui nous permettait de proposer un mélange formidable de peinture actuelle française et slovaque. Grâce à Ivan Jančár, je faisais la connaissance de Martin Gerboc. C'est à cette occasion que les œuvres de Martin Gerboc et Youcef Korichi se rencontraient pour la première fois, avec celles de Daniel Fischer, Matej Krén, Jean-Michel Alberola, Axel Pahlavi, Guillaume Bresson, Claire Tabouret, Juraj Kollár, Andrej Dubravský, Valérie Favre et une vingtaine d'autres brillants peintres et vidéastes réunis pour un festin de peinture. 

J'ai été particulièrement sensible à la proposition de Martin Gerboc et Youcef Korichi de participer une nouvelle fois à une exposition franco-slovaque avec l'Institut Français. La belle peinture est un projet qui a pour principal caractéristique d'être fédérateur. Même si cette exposition devient aussi le théâtre de grandes différences d'idée et de conception de la peinture, c'est avant tout un moment d'échanges et de rencontres, de chocs et de communion. 

Les œuvres de Martin Gerboc portent les symboles forts des traumas de notre temps tatoués sur les toiles comme lui les porte sur sa peau dans ses autoportraits hurlants. Les maux que nous décryptons dans les peintures de Youcef Korichi sont enfouis, cachés presque bâillonnés. Ils se révéleraient peut-être si l'on pouvait soulever les bâches et les couvertures, ou si l'on pouvait capter le regard vidé de tout espoir des personnages souvent  imaginaires qui peuplent son travail. L'écriture qui évoque dans sa forme les points de suture des cicatrices mal refermées, laissés par les coups de l'histoire remplit les œuvres de Gerboc et agressent presque celui qui tente de la lire. En contrepoint, le calme et le silence des œuvres de Korichi, où les traits des hommes et la rudesse de leurs mains signalent qu'il en est ainsi de l'humanité. Des douleurs parfois si profondes qu'on les cache, qu'on les emballe et qu'il est préférable de n'en voir qu'une forme devenue presque abstraite, aussi abstraite que le souvenir d'un sentiment. Des tissus froissés et des gueules cassées sont montrés dans cette exposition. Les deux artistes se font les révélateurs d'un malaise, interrogent la solitude qui vient souvent après le tourbillon des événements de l'histoire collective et sur laquelle il faut s'interroger pour mieux comprendre comment se déplacer dans un monde tourmenté. Les œuvres nous interrogent sur notre capacité à supporter notre condition humaine et l'isolement ressenti au moment de notre prise de conscience de l'irrévocabilité du cours des choses.

Eva Hober, Paris 2015

Vernissage 1.04.2015 - Photos d'Andrej Trebatický