Cinéma autrement A4 : Patricio Guzmán - Le cas Pinochet et Nostalgie de la lumière (14 et 18 janvier 2016, 20h)

ANNONCE : À CAUSE PROBLÈMES TECHNIQUES, LA PROJECTION DU FILM "LE CAS PINOCHET" SERA REMPLACÉE PAR UNE 2ÈME PROJECTION DU FILM "NOSTALGIE DE LA LUMIÈRE" LE JEUDI 14 JANVIER 2016 À 20H.

Patricio Guzmán est l'un des principaux chroniqueurs cinématographiques de l'histoire contemporaine chilienne. Emprisonné par le régime de Pinochet lors du coup d'Etat de 1973, finalement relâché, il choisit l'exil, à Paris. Guzmán ne cessera de revenir à son pays, par la voie du documentaire politique.
Kino inak A4 (Cinéma autrement) en collaboration avec l'Institut Français de Slovaquie proposent un mini-profil du cinéaste avec ses films Le cas Pinochet (2001) et Nostalgie de la lumière (2010) empruntés du catalogue cinéma de l'Institut Français de Paris.


Kino inak A4 - espace de la culture contemporaine, Karpatská 2, Bratislava

Jeudi 14 janvier 2016 à 20h

Le cas Pinochet

un film de Patricio Guzmán, Francúzsko, Čile, 110 min., francúzsky a španielsky s anglickými titulkami

En 1998, le général Pinochet se rend à Londres pour un voyage d'agrément. Il y restera plus de 500 jours, arrêté à la demande du juge espagnol Balthazar Garzon, il est assigné à résidence. Patricio Guzman se trouve à Paris à ce moment-là et très vite naît le projet d'un documentaire autour de ce fait unique dans l'histoire : un dictateur est inquiété par la justice internationale 25 ans après sa prise de pouvoir. Patricio Guzman réalise un film où l'on creuse beaucoup : la terre sèche du Chili tout d'abord, pour tenter de retrouver des traces des disparus que le régime continue à nier. On creuse aussi les mémoires de ceux qui ont survécu aux tortures innommables des geôles chiliennes. On creuse pour tâcher de comprendre les raisons profondes qui ont pu mener à cet évènement.

 

Lundi 18 janvier 2016 à 20h

Nostalgie de la lumière

Nostalgia de la luz, un film de Patricio Guzmán, France, Chili, 90 min., en espagnol avec sous-titres anglais

Au Chili, à trois mille mètres d’altitude, les astronomes venus du monde entier se rassemblent dans le désert d’Atacama pour observer les étoiles. Car la transparence du ciel est telle qu’elle permet de regarder jusqu’aux confins de l’univers. C’est aussi un lieu où la sécheresse du sol conserve intacts les restes humains : ceux des momies, des explorateurs et des mineurs. Mais aussi, les ossements des prisonniers politiques de la dictature. Tandis que les astronomes scrutent les galaxies les plus éloignées en quête d’une probable vie extraterrestre, au pied des observatoires, un groupe de femmes remuent les pierres, à la recherche de leurs parents disparus…