Mois de la photographie 2011 : Olivier Culmann - Tendance Floue (3 novembre 2011 ‑ 15 janvier 2012)

Du 3 novembre 2011 au 15 janvier 2012
Palais Pálffy, Panská 11 & Galerie de l’Institut Français, Sedlárska 7
Vernissage : 2 novembre, 17h30, Palais Pálffy

L’Institut Français de Slovaquie en coopération avec la Maison centre-européenne de la photographie et la Galerie muncipale de Bratislava présentera dans le cadre de l’édition 2011 du festival photographique Mois de la photographie de Bratislava le collectif de photographes français Tendance Floue à l’occasion de ses 20 ans d’existence. À ce titre, le Palais Pálffy de la Galerie municipale et la galerie de l’Institut Français accueilleront l’exposition Watching TV d’Olivier Culmann, un des photographes du collectif.

La photographie d’Olivier Culmann interroge l’existence, toujours sur le fil du dérisoire et de l’absurde. Dans cette exposition portraiturant les téléspectateurs des quatre coins du monde le photographe donne un constat de l’état des corps et des âmes face aux échos du monde filtrés par les écrans. Watching TV constitue une étape dans son travail de mise en abyme du regard.

Watching TV

Olivier Culmann / Tendance Floue / FR / : Watching TV, India, 2005

 

"Olivier Culmann photographie les gens qui regardent la télévision. Et leur téléviseur. Les téléspectateurs y plongent leur regard, hypnotisés par les images qui défilent sur l’écran. Olivier Culmann capte cet instant où l’attention se relâche, où la conscience s’endort, bercée par la phosphorescence des tubes cathodiques. À cet instant souvent les corps se calent, se lovent puis s’affaissent. Rien de plus banal. Et rien de plus inquiétant. Car c’est désormais dans cette passivité quasi-immobile, dans cet engourdissement de la pensée que nous, téléspectateurs, recevons le monde entier. Pas le monde réel mais une image du monde, un fantasme du réel. Informations, feuilletons, émissions, venus aujourd’hui de l’autre bout de la planète ou du bas de chez soi, sont déballés sous nos yeux anesthésiés. Leur impact est énorme. Dans ce temps mort de l’existence qui dure quelques minutes ou plusieurs heures, notre idée des autres évolue, se transforme. Nos a priori s’effondrent, d’autres les remplacent inexorablement. Maroc, Inde, États-Unis, Mexique, Nigeria, Royaume-Uni, Chine, France : les téléspectateurs de ces pays reçoivent des nouvelles les uns des autres sans jamais se rencontrer. Face au téléviseur, nous avons l’impression de les connaître. Face à eux, Olivier Culmann nous regarde."

Cécile Cazenave

 

Olivier Culmann, né en 1970 à Paris

"Le travail d’Olivier Culmann est traversé par les questions récurrentes de la liberté et du conditionnement. Dans les années 1990, il parcourt plusieurs pays en quête des mondes de l’école, un travail sur l’institution scolaire, les assujettissements et les insoumissions qui y naissent. Sa photographie interroge l’existence, toujours sur le fil du dérisoire et de l’absurde. Avec Une vie de poulet, cette démarche associe plus ouvertement l’humour à la narration. Il y mêle deux reportages mis en regard, l’un sur une chaîne industrielle de volailles et l’autre sur les derniers appelés du contingent. Le passage, au début des années 2000, au moyen format s’impose avec la recherche d’une distance nouvelle. Au lendemain des attentats du 11 septembre, il réalise Autour, New York 2001-2002. Cette série est consacrée aux spectateurs de l’après-évènement, Américains ou touristes venus scruter les ruines du World Trade Center. Les expressions fixées par le photographe fonctionnent ici en miroirs de notre propre sidération face à la catastrophe. Puis il construit, dans plusieurs endroits du monde où il choisit d’habiter, une série sur les téléspectateurs. Constat de l’état des corps et des âmes face aux échos du monde filtrés par les écrans. Watching TV constitue une étape dans son travail de mise en abyme du regard. À partir de 2010, il formalise une recherche sur les modes de représentation de soi. Passionné par l’imagerie populaire et les codes de mise en scène, il choisit d’utiliser sa propre image pour explorer les fantasmes sociaux et ses interrogations sur l’altérité."

1993-1999 - Il réalise, en collaboration avec Mat Jacob, le projet Les Mondes de l’école qui obtient la bourse de la Villa Médicis Hors Les Murs en 1997
2001 - Parution de Les Mondes de l’école, éditions Marval
2001 - Parution de Une vie de poulet, éditions Filigranes
2003 - Prix Scam Roger Pic pour sa série Autour, New York 2001-2002
2004 - Parution de Intouchables, éditions Atlantica
2006 - La série Watching TV présentée aux Rencontres internationales de la photographie d’Arles
2008 - Exposition de la série Les Mondes de l’école à la Tour Eiffel à Paris
2008 - 3e prix World Press Photo pour sa série Watching TV (catégorie sujets contemporains)
2011 - Parution de Watching TV, éditions Textuel
2011 - Commissaire pour l’Inde pour Photoquai, biennale organisée par le Musée du Quai Branly à Paris

Texte de Cécile Cazenave, publié dans l’ouvrage consacré à Tendance Floue dans la collection Photo Poche dirigée par Robert Delpire, publié aux éditions Actes Sud, en mars 2011

 

Tendance Floue est un collectif de douze photographes. Sa création, en 1991, est née d’une volonté farouche de conserver une certaine forme d’indépendance, garante de la liberté de chacun. Explorer le monde à contre-courant d’une image globalisée, regarder dans l’ombre des sujets exposés, saisir des instants à part : la force d’attraction du collectif permet aux photographes qui le composent de se risquer sur des terrains méconnus. Et d’en rapporter la matière d’une recherche photographique partagée. Presse, édition, expositions projections, vente de tirages, communication d’entreprise et institutionnelle : le collectif ouvre toutes les portes, aborde tous les supports de la photographie contemporaine, sans interdits. Depuis plus de quinze ans, une indéfinissable alchimie d’idées et d’énergies a permis de créer un langage photographique singulier, de questionner les modes du photoreportage et de tenter de renouveler le terrain de la narration. Au-delà de leur démarche individuelle, les douze photographes se lancent, ensemble, dans des aventures photographiques d’un autre ordre, globales, aux allures de performances. Confrontation des images, assemblages, combinaisons : du travail mis en commun sort une matière neuve. Tendance Floue est un laboratoire d’un nouveau genre. Bâti sur une amitié généreuse et folle.