Conférence « Les ordres soufis dans l'Islam noir et la politique - 1900/1950 » par Jean-Luc Le Bras (23 mars 2016, 18h)

Jean-Luc Le Bras, agrégé de géographie et ancien chef du service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France au Sénégal, tiendra une conférence sur Les ordres soufis dans l'Islam noir et la politique. Cette conférence, en français avec interprétation en slovaque, sera suivie d’un débat.

Galerie de l'Institut Français, Sedlárska 7, Bratislava, Entrée libre.

Conférence

Cette présentation des ordres soufis en Afrique occidentale se propose de donner quelques clés sur l’islam en Afrique de l’ouest, ses origines, son organisation, son attitude vis-à-vis du djihadisme actuel.

La présence de l’Islam en Afrique de l’ouest est relativement ancienne (tout d’abord cantonnée au Moyen-Âge à certaines villes marchandes, cette religion s’est ensuite diffusée dans les campagnes à partir du XVIIIe siècle).

Mais l’organisation actuelle de l’Islam en Afrique occidentale est assez récente et s‘est paradoxalement mise en place au moment où cette région état colonisée par la France (fin du XIXe et début du XXe siècle). L’islam africain s’organise essentiellement autour de confréries soufies dirigées par les descendants des fondateurs de ces confréries ; c’est ce qui en fait la particularité et - pour certains - expliquerait que cet islam résiste à la radicalisation actuelle.

Cependant, ces confréries sont historiquement rattachées à des centres au Maghreb (Algérie) ou au Moyen-Orient (Irak) ; ainsi le Sahara a vu se développer AQMI (Al Quaïda au Maghreb Islamique) à partir de l’Algérie, avec des conséquences en Afrique de l’ouest (Mali, Burkina Faso, Nigéria).

 

Jean-Luc LE BRAS

Né à Madagascar, agrégé de l’Université en Géographie, Jean-Luc Le Bras a travaillé - de 1973 à 2012 - au ministère de la Coopération puis au ministère des Affaires étrangères français, dans le cadre de l’aide au développement en Afrique. Tout d’abord enseignant (Ecole Normale supérieure d’Antananarivo), puis Conseiller culturel (Gabon et Côte d’Ivoire), il a été Chef de Mission de coopération en Guinée équatoriale, en Centrafrique et au Sénégal. Ses différentes affectations ont été l’occasion d’être en contact avec différentes cultures, en particulier avec les sociétés islamisées d’Afrique de l’Ouest.