Exposition « VOIS LA VOIX LÀ » de JEAN DAVIOT (du 30 mars au 24 avril 2017)

Des mots posés comme des architectures dans le paysage ou des signes lumineux qui font lettres, ce travail prolonge la recherche de Jean Daviot sur le langage : « L’homophonie de certains mots empêche la perception du sens, seul le regard en permet la compréhension, il y a du savoir dans le visible. »

L'Institut français de Slovaquie a le plaisir de vous convier au vernissage de l'exposition exceptionnelle de Jean Daviot, plasticien majeur de la scène contemporaine française. Une performance artistique aura lieu sur la place Hlavné námestie. L’artiste vous invite à venir allumer une ou plusieurs bougies de son installation imaginée pour l’occasion !

Dates de l'exposition : Du 30 mars au 24 avril 2017

Lieu : Galerie de l'Institut français de Slovaquie, Sedlárska 7, Bratislava

Vernissage : jeudi 30 mars à partir de 19h

A la recherche du sens par les signes, Jean Daviot, artiste plasticien installé à Paris, utilise la vidéo, la photographie et la peinture. Portrait d’un artiste atypique aux œuvres polysémiques.

            Au commencement était le verbe… Ce n’est sûrement pas un hasard si de son côté Jean Daviot au détours de ses créations a inventé les Vherbes, mots géants en herbe inscrits in situ dans des paysages urbains ou parfois totalement bucoliques comme « vois la voix là » une phrase de 400 mètre de long qu’il a faite pousser près de Bordeaux. L’artiste travaille autour d’écritures transformables, d’anagrammes, de mots dans les mots, ainsi en éloignant le T de RAUM,  il crée un autre sens au terme allemand « rêve » et fait apparaître le mot « espace ». Ce déplacement poétique désigne une des fonctions de l’art où la vie peut se reconstruire, se reconduire de manière divergente, se rejouer, ouvrant la possibilité d’un nouveau regard sur le sens des mots.

            Jean Daviot rend aux mots leur résonance poétique. Le langage n’est pas pour lui un outil médiatique ou de communication, mais un trait d’esprit (Witz). Ces œuvres in situ sont des images mentales. Elles mettent en évidence le processus d’associations entre textes et images, d’une partie visible donnée à voir et d’une autre partie qui est donnée à penser. Dans ses tableaux, Jean Daviot écrit le mot MORT, sur la ligne d’horizon qui sépare la mer du ciel, et l’on s’aperçoit qu’il contient : MOT.  Si ELLE résonne phonétiquement avec CIEL d’où il se détache, autant d’échos qui renvoient à l’espace mental et sensoriel de l’artiste en rendant aux lettres leurs caractères d’objets visuels. Le I de DIRE est un éclair; NU peut se lire de droite à gauche comme un palindrome pour devenir UN. Des caractères se disséminent en puzzle, des lettres permutent au sein même des mots, des intervalles-silences. Au final cette déconstruction du niveau informatif du langage suscite une nouvelle perception des sons, individuelle et associative. L’interaction entre image et langage, produit des rencontres entre des situations réelles et l’abstraction du langage dans une dimension mentale.

             Si les artistes conceptuels Laurence Weiner, Joseph Kosuth, Ed Ruscha et Barbara Krüger travaillent sur le caractère iconique des lettres, Jean Daviot, à l’inverse travaille sur l’ambiguïté des mots qui se cachent dans d’autres, dans la permutation de leurs lettres,  et se joue des palindromes comme ECART qui est l’anacyclique de TRACE ; LUI qui fusionne avec MERE dans LUmIère. « Si je dis simplement « rien avoir », vous entendez indistinctement  « ne rien avoir » ou « rien à voir ». Seule la vision des lettres « voir la voix » peut éclairer le sens du dire caché dans les holorimes. Un savoir se discerne ainsi dans le voir. »

Jeanette Zwingenberger

 

Jeanette Zwingenberger née 1962, à Memmingen en Allemagne est docteur en histoire de l'art, commissaire d'exposition, elle enseigne à l’université Panthéon-Sorbonne à Paris.

Elle est membre de l’AICA l’Association internationale des critiques d’art et collabore aux revues : Art-Das kunstmagazin, Artpress, Beaux-arts magazine, ParisBerlin ou encore l’observatoire de l’art contemporain.com.