Concert français au festival Allegretto Žilina 2019 (10|04|19H)

Le violoncelliste Bruno Philippe et le pianiste Tanguy de Williencourt, jeunes musiciens français, se produiront en duo dans le cadre de la 29ème édition du festival centre-européen de l'art concertant - Allegretto Žilina 2019. Ce festival de musique classique est dédié aux jeunes interprètes talentueux. Bruno Philippe a remporté le Prix du festival Allegretto Žilina 2018.

Les musiciens présenteront au public de festival de Žilina un programme composé de sonates pour violoncelle et piano de F. Poulenc, F. Chopin et de S. Rachmaninoff.

 

Programme

F. Poulenc Sonate pour violoncelle et piano FP 143

F. Chopin Sonate pour violoncelle et piano op. 65

***

S. Rachmaninoff Sonate en sol mineur pour violoncelle et piano op. 19

 

mercredi 10 avril 2019 à 19h, Dom umenia Fatra, Dolný val 138/49, Žilina,

Entrée 6€

 

 

Bruno Philippe (1993)

Bruno Philippe est né en 1993 à Perpignan. Il y débute le violoncelle avec Marie-Madeleine Mille et suit régulièrement les masterclasses d’Yvan Chiffoleau. Il poursuit ensuite ses études au CRR de Paris dans la classe de Raphaël Pidoux. En 2009, il est reçu à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe de Jérôme Pernoo et intègre la classe de musique de chambre de Claire Désert. Par la suite, il participe aux masterclasses de David Geringas, Steven Isserliss, Gary Hoffman, Pieter Wispelwey et Clemens Hagen au Mozarteum de Salzburg. De 2014 à 2018, il étudie en tant que jeune soliste à la Kronberg Academy avec Frans Helmerson.

En 2018, Bruno est nommé Révélation Instrumentale aux Victoires de la Musique Classique. Auparavant, il avait remporté le Troisième Grand Prix ainsi que le Prix du meilleur récital au Concours international André Navarra en 2011. En 2014, il remporte le prix Nicolas Firmenich au festival de Verbier puis le Troisième prix et le prix du public au prestigieux Concours International de l’ARD de Munich. Il reçoit également un Prix Spécial au Concours international Tchaïkovsky en juin 2015 ainsi qu’un Prix Spécial pour sa performance remarquable au Concours Feuermann à Berlin en novembre 2014. En 2015, Bruno Philippe est nommé Révélation Classique de l’ADAMI et en 2016, il remporte le Prix pour la Musique de la Fondation Safran dédié au violoncelle. En 2017, il est lauréat du concours Reine Elisabeth de Bruxelles.  Bruno Philippe se produit dans de nombreuses salles en France dans le monde : Konzerthaus de Berlin, Alte Oper de Francfort, Teatro Colon à Bogota, Flagey à Bruxelles, Bayericher Runfunk à Munich, Salles Pleyel, Cortot, Gaveau à Paris, Théâtre des Bouffes du Nord, Philharmonie de Paris, Auditorium du Louvre, Grange au Lac à Évian, Auditorium de Bordeaux, MC2 de Grenoble, Théâtre de Cornouaille, Salle Molière à Lyon… Il participe aussi aux festivals de Verbier, Sommets Musicaux de Gstaad, Cello Biennale d’Amsterdam, Festival de Pâques d’Aix-en-Provence, Festival Radio France Montpellier-Occitanie, SWR-Festspiele, Rheingau Musik Festival, Mecklenburg-Vorpommern Festival…

En concerto, Bruno Philippe se produit avec le Radio-Sinfonie-Orchester Frankfurt et l’Orchesterakademy du Schleswig-Holstein Musik Festival sous la direction de Christoph Eschenbach, avec l’Orchestre Dijon-Bourgogne sous la direction de Gabor Takacs-Nagy, avec le Bayerische Rundfunk, le Münchener Kammerorchestrer, l’Orchestre National de Bordeaux, l’Orchestre de Chambre de Paris, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre Symphonique de Bretagne, l’Orchestre de la Garde Républicaine, l’Orchestre Symphonique National de Colombie, le Slovak State Philharmonic ou encore l’Orchestre Philharmonique du Maroc.

Il a l’occasion de jouer avec des musiciens de renom : Gary Hoffman, Tabea Zimmermann, Gidon Kremer, Christian Tetzlaff, Antje Weithaas, Timothy Ridout, Stephen Waarts, David Kadouch, Alexandra Conunova, Renaud Capuçon, Jérôme Ducros, Tanguy de Williencourt, Antoine Tamestit, Sarah Nemtanu, Lise Berthaud, Christophe Coin, Jérôme Pernoo, Raphaël Pidoux, Emmanuelle Bertrand… En musique baroque, il se produit aux côtés de Jean Rondeau, Thomas Dunford, Lea Desandre et est notamment membre de l’Ensemble Jupiter.

Son premier disque consacré aux Sonates de Brahms, enregistré avec le pianiste Tanguy de Williencourt pour le label Evidence Classic, est sorti en 2015. En 2017, il rejoint le label Harmonia Mundi et sort un album Beethoven-Schubert en sonate avec Tanguy de Williencourt. Son nouvel album consacré à la musique russe, avec le pianiste Jérôme Ducros sort au printemps 2019 toujours pour le label Harmonia Mundi.

Bruno Philippe joue un violoncelle de Carlo Tononi prêté par la Beare’s International Violin Society.

Plus

 

Tanguy de Williencourt (1990)

La presse ne manque pas d’accompagner l’émergence de ce « musicien complet, débordant de projets, en solo, en musique de chambre et même du côté de la direction d’orchestre » (Michel Le Naour, Concertclassic), Alain Cochard signalant « l’autorité pianistique et la riche palette colore de l’ancien élève de Roger Muraro ». Le journal La Croix distingue en lui l’un des « futurs grands du piano », saluant « une interprétation poétique et toute en souplesse » de Beethoven, après un concert remarqué à La Roque d’Anthéron.

Musicien complet : la formule peut sembler galvaudée mais elle illustre parfaitement l’art de Tanguy de Williencourt, solistes recherché, musicien de chambre non moins sollicité. Il est le titulaire de pas moins de quatre Masters au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans les classes de Roger Muraro, Claire Désert et Jean-Frédéric Neuburger. Les conseils qu’il reçoit par ailleurs de personnalités aussi différentes que Maria João Pires, Christoph Eschenbach, Stephen Kovacevich et Paul Badura-Skoda, le marquent particulièrement, renforçant une curiosité musicale constante.

Son talent est rapidement distingué par les Fondations Blüthner et Banque Populaire. En 2016, il reçoit le double Prix du Jury et du Public de la Société des Arts de Genève. La même année, il est nommé « Révélation classique » de l’ADAMI, puis lauréat de la Génération SPEDIDAM 2017-19. En 2017, il obtient le Prix de l’Orchestre de Chambre de Paris au Concours Paris Play-Direct à la Philharmonie de Paris.

Parallèlement à ces distinctions, il mène une carrière de plus en plus importante. Il est ainsi invité dans de grandes salles telles que la Philharmonie de Paris, l’Auditorium du Musée d’Orsay, la Maison de Radio France et le Collège des Bernardins à Paris, à l’Opéra de Lille, l’Auditorium de Bordeaux, le Grand Théâtre de Provence à Aix-en-Provence ainsi que dans des festivals comme Chopin à Nohant, Radio France et Montpellier, Pablo Casals à Prades, La Chaise-Dieu, La Vézère, Les Solistes à Bagatelle, Les Chorégies d’Orange, l’Abbaye de Royaumont, La Folle Journée de Nantes (de même que celles d’Ekaterinenburg et du Japon), La Roque d’Anthéron ou le Lille Piano Festival.

Tanguy de Williencourt n’est pas moins actif à l’étranger, avec des concerts à la Philharmonie de Saint-Pétersbourg en Russie, aux Sommets Musicaux de Gstaad, au Palazetto Bru Zane à Venise, à la Philharmonie de Berlin et à l’Opéra de Bonn en Allemagne

Il fait une apparition remarquée au concert des Révélations instrumentales des Victoires de la Musique 2017.

Il partage la scène avec les musiciens Olivier Charlier, Pierre Fouchenneret, Guillaume Chilemme, Adrien Boisseau, Bruno Philippe, Jérôme Pernoo, Paul Meyer, Philippe Bernold, les chanteurs Mireille Delunsch et Vincent Le Texier et sous la direction de chefs tels que Jean-Christophe Spinosi ou Raphaël Pichon.

Sa discographie s’est récemment enrichie d’une intégrale des transcriptions pour piano Wagner/ Liszt en double-CD (Mirare), largement saluée par la critique : « Tanguy de Williencourt, en artiste inspiré, nous mène au cœur de la musique », note Bertrand Boissard dans le magazine Diapason (le disque reçoit les Cinq étoiles). Il signe deux disques avec le violoncelliste Bruno Philippe : un enregistrement consacré à Brahms et Schumann (Evidence Classics), un second mettant en regard Beethoven et Schubert (Harmonia Mundi). Il participe également au disque « Debussy : the late works » paru en octobre 2018 chez Harmonia Mundi.

Plus