Conférence « L’Homme qui ment et L’Eden et après : pour un cinéma musical » de prof. François Jost (15|10|14h45)

L'Institut slovaque du film (SFÚ) en collaboration la Faculté de film et de télévision de VŠMU (FTF VŠMU) et l'Institut français de Slovaquie (IFS) vous invitent à la conférence donnée par le professeur François Jost, filmologue français, sur les co-productions cinématographiques franco-slovaques des années 60 réalisées par Alain Robbe-Grillet, cinéaste et écrivain français, l'un des fondateur du nouveau roman.

La conférence L’Homme qui ment et L’Eden et après : pour un cinéma musical fera partie d'un programme plus large qui incluera la projection du film L’Homme qui ment et la présentation de la traduction slovaque du livre Le culte du banal de prof. Jost.

Mardi 15 octobre 2019, Faculté de film et de télévision VŠMU, Svoradova 2, Bratislava

Programme de l'évenement

-  13:00 – 14:45 projection du film « Muž, ktorý luže (L’Homme qui ment) » (1968, r. Alain Robbe-Grillet, ČSSR/FR, 93 mn, en version originale slovaque avec sous-titres anglais)

-  14:45 – 16:15 conférence du professeur Jost

-  16:15 – 17:00 discussion

-  17:00 – 17:45 présentation de la traduction slovaque du livre « Culte du banal » du prof. Jost (traduit par Mária Ridzoňová-Ferenčuhová)

-  17:45 – 18:00 clôture

 

Annotation de la confèrence

L’Homme qui ment et L’Eden et après : pour un cinéma musical

François Jost

Les critiques ont souvent insisté sur la déconstruction du récit par les films de Robbe-Grillet. Bien que cela ne soit pas faux, cette description est insuffisante pour rendre compte d’œuvres comme L’Homme qui ment et L’Eden et après. Ces deux films proposent de nouvelles logiques : non plus seulement narratives, mais avant tout musicales. Le premier se présente comme un film-opéra, inspiré d’une esthétique qui doit à des compositeurs comme Wagner ou Berg, le second comme une œuvre sérielle. C’est à mettre au jour ces logiques que je m’emploierai.

 

Conférencier

FRANCOIS JOST est professeur émérite à la Sorbonne Nouvelle Paris III, où il a créé le Centre d'Etudes sur l'Image et le Son Médiatiques (CEISME). Il est Professeur invité dans de nombreuses universités à travers le monde. Spécialiste de l'image, il a écrit ou dirigé plus d’une trentaine de livres sur le cinéma et la télévision et publié 150 articles. Il a contribué, ces dernières années, à développer en France les études théoriques sur la télévision, par la direction de numéros de revue, de colloques (Penser la télévision), la publication de livres, un blog (comprendrelatele.blog.lemonde.fr) et par de nombreuses interventions publiques.

Il est directeur de la revue Télévision, première revue francophone scientifique sur ce média publiée par CNRS éditions. Il dirige la collection A suivre consacrée aux séries télévisées chez Atlande.

Derniers ouvrages parus  en français : Le Culte du banal (CNRS éditions, 2007), Télé-réalité (ed. Cavalier bleu, 2009). Les Médias et nous (Bréal, 2010). De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme ? (CNRS éditions, 2011), Sous le cinéma, la communication (Vrin), Les nouveaux méchants dans les séries (Bayard, 2015), Breaking Bad, Le Diable est dans les détails (Atlande, 2016), Pour une éthique des médias. Les images sont aussi des actes (ed. de L’aube, 2016). La Méchanceté en actes à l’ère numérique (CNRS éditions, 2018).

Scénariste et réalisateur, entre 1977 et 1987, il a écrit plusieurs programmes pour la télévision. Il a réalisé plusieurs films, dont l’un, La Mort du révolutionnaire, hallucinée, a reçu trois prix (Festival international du Jeune Cinéma, Hyères et Belfort, 1979). Il est aussi auteur d’un roman, Les Thermes de Stabies  (MK Littérature, 1990).