Soirée littéraire Laurent Binet (30 mars 2011)

C’est dans la galerie de l’Institut français de Slovaquie à Bratislava que Laurent Binet, en collaboration avec les éditions PT Marenčin, a présenté mercredi 30 mars son roman HHhH - Himmlers Hirn heisst Heydrich.

HHhH

Laurent Binet, 38 ans, agrégé de lettres, professeur de français en Seine-Saint-Denis depuis l’an 2000 et chargé de cours à l’université, a reçu mardi 2 mars le prix Goncourt du premier roman. Le prix a été attribué à HHhH, roman consacré au commandant SS Reinhard Heydrich, éliminé en 1942 par la résistance tchècoslovaque. L’Académie Goncourt avait auparavant prolongé le suspense d’un mois, le 2 février, en reportant au 2 mars la proclamation du Goncourt du premier roman et en ajoutant à sa sélection Fourrure, d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre.

Cette présentation a suscité un vif intérêt auprès des lecteurs et des médias.

Consacré à Reinhard Heydrich, commandant de la Waffen SS qui fut aussi un proche adjoint d’Heinrich Himmler, le roman tire son titre énigmatique de l’un des surnoms donnés au personnage, “Himmlers Hirn heisst Heydrich” (le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich). Également surnommé le “boucher de Prague”, Heydrich se vit confier en 1941 le protectorat de Bohême-Moravie, région de la Tchécoslovaquie incorporée au Reich en mars 1939 où il fit torturer et exécuter des opposants avant de périr des suites d’un attentat perpétré par la résistance tchèque. C’est en Slovaquie, où il a effectué son service militaire, que Laurent Binet s’est intéressé à l’histoire de cet attentat, commanditée depuis Londres par le gouvernement tchécoslovaque en exil. Outre le livre d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre, Un sentiment de Natascha Cucheval (Fayard), La peine du menuisier de Marie Le Gall (Phébus) et Les veilleurs de Vincent Message (Seuil) figuraient dans la sélection. Initialement tiré à 10 500 exemplaires, HHhH vient d’être réimprimé à 6 000.